Le temps des faces

Publié le par Claire

Solitude, tristesse, enfermement, L'incommunicabilité n'a jamais été aussi grande malgré l'appareillage technologique. Je ne sais pas comment consoler à distance sans dire des banalités, seule reste imprégnée dans mon cerveau l'empreinte du visage de la tristesse et mon impuissance à l'alléger. Aujourd'hui, il neige comme si c'était l'hiver, je sens que la vieillesse est passée dans l'envers de la culture pour de bon. 

Publié dans dessin numérique 2020

Commenter cet article

JP Gauthier 10/04/2020 16:49

Il neige ici à Rimouski maintenant, la neige qui n'est pas en confinement, je vibre à ta tristesse, je m'incline, en silence...